5 bonnes raisons de vacciner son animal

Quel que soit le mode de vie et l’âge de son animal de compagnie, il est bon de le protéger contre les maladies pouvant s’avérer mortelles, engendrant de lourdes séquelles, ou encore transmissibles à l’Homme et parfois non curables.

« Il peut attraper un virus/une bactérie, même sans sortir de chez vous ! »

Certains agents pathogènes sont particulièrement résistants dans l’environnement, et peuvent engendrer des maladies comme le coryza (chat) ou la parvovirose (chien). Les semelles de vos chaussures, vos mains (léchouilles, caresses) ou encore votre pantalon (lorsqu’un animal se frotte à vous), sont autant de supports permettant aux agents pathogènes de voyager, et d’arriver chez vous. Cette contamination indirecte est souvent, à tort, sous-estimée.

« A l’extérieur, votre compagnon peut être en contact avec des copains malades »

Les promenades, le marché, les cours d’éducation, le chenil… sont autant de situations où vous pouvez rencontrer d’autres chiens ou chats ! Certains sont parfois déjà contagieux, et pourtant n’ont pas encore de symptômes. S’approcher, se renifler, peut suffire pour que la transmission se fasse.

« La vaccination est toujours précédée d’un examen de santé »

Bien plus que la vaccination, cet examen clinique est primordial pour suivre la santé de votre poilu ! Réalisé une à deux fois par an, il permet de dresser un état des lieux complet, et d’attirer votre attention sur de petites choses passées parfois inaperçues : une variation de poids, une petite boule suspecte, des dents entartrées…. Cet examen permet souvent de déceler des maladies quand elles ne sont qu’à un stade précoce, et c’est mieux !

En savoir plus sur la médecine préventive >

« Vacciner, c’est protéger les membres de la famille »

La rage ou la leptospirose sont des zoonoses, c’est-à-dire des maladies transmissibles à l’Homme. Ces maladies sont mortelles si elles ne sont pas décelées à temps, et les traitements sont très lourds. Les enfants sont particulièrement à risque, car ils jouent beaucoup avec les animaux de la maison.

« Aucun risque pour lui »

Le vaccin est un médicament et comme tout médicament il peut engendrer des effets secondaires. Ils sont cependant extrêmement rares, et se résument la plupart du temps à une réaction locale. Ce désagrément est largement compensé par la protection contre des maladies mortelles ou à lourdes séquelles apportée par le vaccin !

Les nouvelles recommandations émises par le WSAVA (World Small Animal Veterinary Association, équivalent de l’OMS pour les Hommes) nous montrent que nos protocoles actuels peuvent être faillibles, particulièrement chez les jeunes animaux.
Il est maintenant recommandé de réaliser une injection de vaccination à 8, 12 puis 16 semaines, ainsi qu’à l’âge d’un an, puis de conserver une visite annuelle permettant d’établir un bilan de santé et de bâtir le protocole vaccinal adulte adapté à votre compagnon .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *