Adopter un animal de compagnie : quelques questions à se poser

Vous souhaitez adopter un chien ou un chat  ? Plutôt un bébé ou un animal adulte  ? Êtes vous décidé pour une race en particulier  ? Avez-vous choisi d’adopter votre animal via un éleveur ou dans un refuge  ? Toutes ces questions sont nécessaires afin de déterminer au mieux le choix de l’animal qui partagera votre vie pour les années à venir  !

L’adoption d’un animal de compagnie est une démarche responsable et réfléchie nécessitant patience et affection afin de favoriser son acclimatation. Nouveau membre à part entière de la famille, il est indispensable de répondre à ses besoins et lui prodiguer tous les soins nécessaires pour garantir son confort et son bien-être.

Voici quelques éléments de réponses afin de vous guider au mieux  !

Chat ou Chien ?

Évidemment, ces 2 espèces sont très différentes l’une de l’autre, et votre attirance naturelle peut déjà faire pencher la balance vers l’une ou l’autre  !
Souvent «  on est plus chat que chien  » ou inversement. Cela peut déjà vous orienter rapidement.

Si vous n’êtes toujours pas décidé, sachez qu’en général, un chat est plus facile à entretenir qu’un chien, l’éducation est beaucoup plus simple, et le budget moins important (alimentation et antiparasitaires par exemple) mais le chat demande néanmoins du temps et de l’attention.

Choisir un chien implique une disponibilité plus importante  : les promenades sont indispensables, et ce même si le chien a accès à un jardin. Vous devrez le faire par tout temps, tous les jours et parfois plusieurs fois dans la journée. Si cela représente une corvée pour vous, alors le choix d’un chien n’est pas la bonne solution.

Adulte ou bébé  ?

Adopter un animal adulte implique souvent que ce chien ou ce chat a vécu dans une autre famille, qui l’a éduqué, aimé… Mais ce n’est pas la vôtre !
Il faudra donc lui laisser un temps d’adaptation, afin qu’il s’habitue à son nouvel environnement, à vos règles de vie, et trouve ainsi ses marques. Cela ne peut pas se faire en quelques jours  !

Laissez-vous du temps, laissez-lui du temps, et essayer d’obtenir le maximum d’informations sur son précédent lieu de vie, ainsi que la famille chez qui ce chien ou chat vivait, cela peut vous permettre de mieux comprendre et appréhender ses réactions dans une situation donnée.

Si vous choisissez votre compagnon via une SPA ou toute association dans laquelle des animaux sont abandonnés, vous adopterez un animal qui aura subi des traumatismes émotionnels qu’une famille aimante peut l’aider à surmonter, en lui réapprenant peu à peu à faire confiance. Mais, un chien ou un chat victime de mauvais traitements aura au départ tendance à se méfier de la main de l’Homme. Il faut donc accepter son passé et s’armer de patience… Le temps que vous vous apprivoisiez  !


Si vous choisissez un jeune animal, ne soyez pas trop pressé non plus  ! Il est extrêmement important que celui-ci soit bien sevré par sa mère (au moins 8 semaines), et soit – a minima – identifié lors de la cession. C’est une obligation légale depuis 1999 pour les chiens.
 Depuis le 1er janvier 2012 cette obligation est étendue aux chats, nés après le 1er janvier 2012, dès lors qu’ils sont âgés de plus de sept mois.

Si votre choix s’est porté sur un chiot, soyez très vigilant sur l’éducation. Un chiot ne s’éduque pas seul, et une inadéquation entre vos ordres et ce que comprend le chien peut très vite être la source de conflits, et de mal être autant pour vous que pour votre chiot  ! Ne vous laissez pas déborder, faites appel à un professionnel de l’éducation. De nombreuses formules existent  : en club (cours collectifs), en individuel avec un éducateur, ou même à la clinique lors du parcours « Conduite Accompagnée du Chien » : un large panel de solutions est envisageable. De quoi contenter toutes les familles  ! N’hésitez pas à nous en parler, nous pourrons vous donner adresses et numéros de téléphone.

Si vous avez décidé d’adopter un chaton, soyez surtout attentif à son sommeil. En effet, un chaton dort entre 12 à 16h par jour, selon son âge et son tempérament. Si vous avez de jeunes enfants, expliquez-leur que cette jolie boule de poils n’est pas une poupée, et ne doit pas être dérangée sous peine d’avoir ensuite un chaton grognon, pas très câlin et qui griffe facilement… Ce qui continuera à l’âge adulte.

Quelle race choisir  ?

Les chiens

Nous n’aborderons ici que quelques grandes familles de races de chien  :

  • Les chiens de chasse courants sont dotés d’une subtilité d’odorat et ne peuvent s’empêcher de renifler les odeurs et de se faufiler jusqu’aux endroits où l’odeur les mène. C’est le cas des Beagle ou des Basset Hound par exemple. Gare aux promenades dans les dunes sans laisse  !
  • Les chiens chassant à la vue (chien d’arrêt) sont grands de taille et sont rapides à détecter la présence d’une proie. Ils ont généralement un tempérament plutôt calme, comme les Braques ou le Pointer.
  • Les chiens de travail étaient principalement utilisés comme chiens de garde et ils savent bien remplir les fonctions pour lesquelles vous les dresserez. Ils sont connus pour leur intelligence et leur tempérament courageux. Les Beaucerons et les Malinois appartiennent à ce groupe.
  • Les chiens de berger ont la même éthique de travail et sont bouillonnants d’énergie. Vous avez probablement vu des chiens qui adorent les courses-poursuite : observez-les mieux en pleine œuvre, s’ils ont un troupeau de moutons à conduire et protéger ! Le Berger Australien est un exemple typique de ce groupe. Cette race en pleine expansion ne s’adresse pas aux familles «  débutantes  », car leur éducation est parfois complexe.
  • Les Terriers sont de petits chiens qui adoptent une attitude dynamique et qui possèdent des poils courts ou durs. Ils ont été dressés et sélectionnés essentiellement pour faire la chasse aux animaux vivant dans les terriers et tanières, comme les Jack Russel ou les Yorkshire.
  • Les chiens miniatures et les chiens d’agrément ou de compagnie sont des chiens petits de taille. Chihuahua, Caniche, Coton de Tulear, Bichons…Ils se tiendront facilement sur vos genoux et feront de bons compagnons. Ils ont assez d’énergie, sont intelligents et affectueux.

Le choix est tellement vaste, ne faites pas une adoption impulsive, renseignez-vous auprès des éleveurs qui connaissent bien leur race. Vous pouvez également vous rendre dans une exposition canine, cela vous permettra de rencontrer de nombreux professionnels. Une des expositions majeures en France se tient au parc de la Beaujoire une fois par an en fin d’année, faites le déplacement  !


Les chats

Pour ce qui concerne le chat, l’éventail de races est plus limité. Voici quelques traits de caractère des races les plus fréquemment rencontrées :

  • Le Persan est un chat calme, câlin et patient. Si vous vivez en appartement, ou que vous ne souhaitez pas faire sortir votre chat à l’extérieur, cette race peut vous convenir.
  • Le Siamois a un caractère très vivant, il est surnommé le « chat-chien » car il est très attaché à son maître. Les chats de type orientaux (tête triangulaire) ont souvent ce caractère.
  • 

Le Sacré de Birmanie est un chat calme avec un peu plus de caractère que le Persan. C’est l’intermédiaire entre le Siamois et le Persan.
  • Le Chartreux est un chat plus actif qui aime beaucoup sortir, il affectionne particulièrement la chasse aux souris.
  • Le chat « de gouttière » est un chat assez tonique et souvent « casse-cou ». Cette catégorie de chats est composée d’un éventail de morphologies, de robes et de caractères différents, ainsi, contrairement aux chats de race assez standardisés, vous pourrez laisser libre court à toutes vos envies lors du choix de votre compagnon. Très attachant, le chat européen est un compagnon fort agréable et très sociable.

Où l’adopter  ?

L’adoption chez un éleveur vous permettra de choisir un animal bébé d’une race bien définie.
Demandez à voir la mère lors de vos visites (son caractère aura un impact direct sur celui de ses bébés) et renseignez-vous sur la façon dont l’éleveur s’occupe de ses chiots/chatons. Une trop grande discordance par rapport à votre façon de l’élever et l’éduquer ensuite pourrait être préjudiciable.

Attention cependant, ne soyez pas déçu ou méfiant de vous voir refuser l’accès à tout l’élevage : pour des raisons d’hygiène et pour éviter la transmission de certaines maladies, seules certaines pièces seront accessibles.
Le travail de l’éleveur est colossal, et c’est pour cela que le coût d’un chiot ou d’un chaton peut vous paraître élevé. D’ailleurs, un coût trop faible doit vous alerter. Un chiot ou un chaton n’est pas une marchandise en promotion  ! Cela peut – peut-être – refléter un manque d’implication de l’éleveur…

L’adoption en SPA ou dans tout refuge est plus économique et vous redonnerez à un animal une chance d’être heureux. Une contribution vous sera demandée pour couvrir tout ou partie des frais engagés pour l’identification, la stérilisation et les vaccins réalisés. Plusieurs structures existent dans la région  : SPA du Clion sur Mer et SPA de Carquefou, le refuge « Des animaux et des hommes » à Bouguenais, le Radeau des Animaux ou encore l’association « Les Griffes de l’Espoir »… Venez vous renseigner à la clinique, nous avons toutes les coordonnées  !

Pour conclure….

Gardez à l’esprit que, quel que soit le compagnon que vous allez adopter, cette adoption vous engage pour de nombreuses années. C’est un projet à long terme, tous les membres de votre famille doivent s’impliquer. La première année demande souvent un investissement en temps encore plus important, notamment pour l’éducation.

L’investissement financier peut paraître évident, mais est parfois sous-estimé. Pensez aux interventions chirurgicales classiques comme la stérilisation, au budget consacré à l’alimentation (un chiot de grande race peut consommer jusqu’à 800g de croquettes par jour !), à l’éducation si vous souhaitez un accompagnement par un professionnel, aux vacances pendant lesquelles vous serez amené à le faire garder…

Votre choix est fait  ? Nous vous souhaitons une belle et longue vie commune faite de toutes les joies du quotidien que peut amener un compagnon à quatre pattes  ! Et surtout, venez nous le présenter !

Cet article a été publié le 28 février 2018

Une réponse à “Adopter un animal de compagnie : quelques questions à se poser”

  1. MOREL CORINNE dit :

    Voilà un résumé très clair et objectif quant à l’adoption d’un animal! Nous devons bien réfléchir à l’arrivée de ce petit étre vivant car nous lui devons amour ,respect et son bien etre…tout ce qu’il nous donne! Nous devons aussi nous faire respecter et le dresser….un vrai travail au quotidien…mais quand on se sent seul, il est là…quand on est heureux il est là…..moi je ne peux pas me passer de cette présence et de mes petits animaux chien et chat! une merveille la cohabitation malgré quelques heurts parfois! Il faut aimer les betes…toutes les betes….et penser à tous les cas de figure…voyage,travail, allergie….et budjet pour les soins .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.