Les examens complémentaires : la prise de sang

Beaucoup de maladies ne se diagnostiquent pas seulement avec un examen clinique. Le vétérinaire peut avoir besoin de valeurs de paramètres biologiques pour dresser un portrait complet de la situation, diagnostiquer de façon certaine la maladie dont souffre votre compagnon ou encore en suivre l’évolution (aggravation comme guérison).

Ce mois-ci, nous avons décidé de faire un focus sur l’examen complémentaire proposé le plus couramment à la clinique : le bilan sanguin.

Contrairement aux médecins généralistes, les vétérinaires peuvent réaliser au cours de la consultation des prélèvements sanguins pour obtenir de façon très rapide des informations permettant un diagnostic presque instantané. En effet, la plupart des vétérinaires sont équipés d’automates de laboratoire, calibrés pour les chiens, les chats, ou toute autre espèce animale prise en charge par la clinique. Cette instantanéité est très appréciable, et offre un grand confort dans la prise en charge de votre poilu !

I. Comment et où réalise-t-on le prélèvement?

La prise de sang consiste à introduire une aiguille dans la veine qu’on aura préalablement comprimée avec un garrot.

Différents types de garrots existent. A la clinique, nous utilisons des garrots élastiques atraumatiques, mais nous faisons aussi parfois appel à l’une des assistantes, qui va comprimer manuellement la veine.

On peut prélever sur différentes veines. La plus commune est la veine céphalique, qui se trouve sur la patte avant. Cette méthode est la plus utilisée chez le chien.

De la même façon, le prélèvement peut se faire sur la patte avant chez le chat, mais nous préférons souvent, dans cette espèce, faire la prise de sang sur la veine saphène interne, à l’intérieur de la cuisse. Cela nous permet de maintenir le chat en position couchée, et de faire faire la compression par une de nos assistantes.

Enfin, de façon beaucoup plus exceptionnelle, nous réalisons parfois des prises de sang à la veine jugulaire, qui se situe dans le cou. Cette technique peut être assez impressionnante pour le propriétaire. Néanmoins, sachez qu’elle est tout aussi indolore que lors de prélèvement sur les autres sites listés ci-dessus.

Dans tous les cas, il est primordial de réaliser une contention douce et rassurante pour l’animal. Chat, chien ou humain : personne n’est fan de la prise de sang ! Au-delà de l’appréhension bien légitime, sachez que de nombreux paramètres sanguins sont modifiés en fonction des conditions dans lesquelles le prélèvement est réalisé. La zen attitude est donc indispensable !

II. Quelles conditions de prélèvements sont recommandées ?

Stress ?

Nous venons de le voir, la réalisation du prélèvement dans le calme et sans stress pour l’animal est indispensable pour pouvoir interpréter de façon correcte les résultats de certains paramètres dosés. Ainsi, mettez toutes les chances de votre côté en commençant pas amener Médor ou Félix dans les meilleures conditions de détente. N’hésitez pas à prendre connaissance de nos conseils dans l’onglet dédié « Première visite » du site de la clinique !

Si votre animal est particulièrement inquiet, nous pourrons vous proposer un RDV sur une plage horaire peu fréquentée afin qu’il soit seul (ou quasiment !) à la clinique.

Nous parlons beaucoup du stress de votre poilu… mais parfois, vous l’êtes tout autant que lui ! Ne soyez pas inquiet, le prélèvement est très rapide et peut se faire sans votre présence si la vue de l’aiguille ou du sang vous angoisse.

A jeun ?

De façon presque systématique, il vous est demandé de venir avec votre animal à jeun si un bilan sanguin doit être réalisé. Cela signifie que Médor ou Félix ne devra pas avoir mangé dans les heures précédant l’examen (a minima 6 heures). La prise d’eau est par contre sans incidence.

Pour organiser ce type de RDV, pas d’inquiétude ! Il n’est pas nécessaire (comme cela se fait traditionnellement pour les bipèdes !) de venir exclusivement le matin très tôt !

Certains chiens ne mangent que le soir : ils sont donc par définition « à jeun » toute la journée (sauf s’ils vous chipent un morceau de brioche lors de votre petit déjeuner, ou lèchent les assiettes à la fin du déjeuner 😉). La prise de sang est ainsi réalisable à n’importe quel moment de la journée.

Les chats sont quant à eux des grignoteurs : ils mangent un peu tout le temps, et pour certains chassent. Il est donc difficile de savoir à quand remonte leur dernier repas ! Pour eux, pas le choix : il faut retirer la gamelle et les garder dans une pièce sans accès possible à l’extérieur, ou à tout type de nourriture. Certains chats sont très malins, et n’hésitent pas – puisqu’on ne les sert pas – à ouvrir eux-mêmes le sac de croquettes ou la poubelle, soyez vigilants ! Le RDV pourra donc être fixé à votre convenance, en respectant ce temps sans alimentation.

Enfin, dernier conseil si votre tribu est nombreuse : il vous sera bien plus aisé de mettre tout le monde à jeun plutôt qu’un seul de vos poilus !

Et s’il/elle prend un traitement, on lui donne ou pas ?

Cette interrogation est légitime puisque votre animal ne sera donc plus véritablement à jeun ! Malheureusement, il est impossible de répondre de façon précise à cette question. En effet, en fonction de la raison de la prise de sang, il est parfois nécessaire de donner le traitement, ou la prise peut être au contraire totalement contre indiquée.

Si la prise de sang est prévue pour une date ultérieure au cours d’une consultation, le vétérinaire pourra vous indiquer ce qu’il faut faire. 

En revanche, si vous venez pour la première fois à la clinique, ou que vous présentez un animal pour la première fois, n’oubliez pas de le signaler dès votre arrivée à l’assistante qui vous accueillera. 

Quelles sont les analyses réalisées à la clinique ?

Nous effectuons de très nombreuses analyses qui peuvent être classées en différentes catégories :

La numération-formule sanguine ou NFS (Hématologie)

Cette analyse consiste à comptabiliser le nombre de globules rouges, des différents types de globules blancs et de plaquettes et d’apporter des précisions comme le taux d’hématocrite ou la quantité d’hémoglobine dans les globules rouges.

Les dosages biochimiques

Dans cette grande catégorie, on retrouve les dosages de paramètres permettant de mieux comprendre comment fonctionnent certains organes comme le foie, le rein, le pancréas par exemple.

Les dosages hormonaux

A la clinique, notre pratique quotidienne nécessite de pouvoir doser facilement différentes hormones : progestérone (chez les chiennes à saillir ou gestantes), cortisol (hormone stéroïdienne produite par la glande surrénale), hormone thyroïdienne principalement.

Le ionogramme

Le ionogramme est particulièrement important dans le diagnostic de certaines maladies, comme la Maladie d’Addison. Cet examen nous permet de quantifier différents ions présents dans le sang (Sodium, Potassium, Chlore). La calcémie (dosage du calcium dans le sang) est également réalisée dans l’exploration de certains types de cancers.

Les tests rapides

Nous utilisons principalement des tests rapides pour diagnostiquer chez le chat la leucose (ou FeLV) et le FIV (communément comparé au SIDA de l’Homme). De nombreux autres existent.

Ils sont très simples d’utilisation puisqu’une à 2 gouttes de sang suffisent pour obtenir un résultat en une quinzaine de minutes.

Les frottis sanguins

Cet examen consiste à étaler une goutte de sang sur une lame pour procéder ensuite à son observation au microscope, avec ou sans coloration. Cela permet de voir les globules rouges, et de chercher, par exemple, la présence de parasites intracellulaires comme le piroplasme, responsable de la piroplasmose chez le chien.

Ci-contre : frottis coloré avec des piroplasmes visibles dans les globules rouge

———

Conclusion

Vous l’avez lu, de très nombreuses analyses peuvent être réalisées à la clinique, autant lorsque votre animal est en bonne santé que lorsqu’il est malade. En effet, si pour ce dernier point la réalisation d’un bilan sanguin semble évidente, il l’est moins lorsque votre poilu va très bien… Et pourtant, ces examens sont très riches de renseignements !! Ils vous sont régulièrement proposés lors du bilan de santé annuel, le rendez-vous incontournable de la santé de votre compagnon, permettant de faire le point sur l’année écoulée, et mettre à jour ses vaccins.

L’intérêt de la prise de sang lors de cette consultation est double :

Cela permet d’une part de disposer de valeurs « de référence ». L’augmentation faible mais régulière de certains paramètres dont les valeurs restent pourtant dans les normes peuvent conduire à suspecter de façon très précoce l’arrivée d’un dysfonctionnement. Cela peut permettre de mettre en place différentes stratégies (médicales ou alimentaires) pour ralentir la survenue de ces maladies.

Dans d’autres cas, la réalisation de cet examen sanguin nous permet de diagnostiquer des maladies pour lesquelles les symptômes sont très fruste, particulièrement au départ. Le pronostic d’une maladie diagnostiquée précocement est toujours bien meilleur et optimise la prise en charge de Médor ou Félix.

Alors, prêt pour un check up ???

Cet article a été publié le 3 février 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.