Mieux comprendre les chats

En 2017, on comptait plus de 13.5 millions de chats en France, ce qui place notre pays comme le premier pays européen devant l’Allemagne (13.4 millions) et le Royaume-Uni (7.9 millions). Alors même si vous n’êtes pas un ailurophile convaincu, vous ne pouvez pas ne pas vouloir en savoir un peu plus sur ce poilu !

Le langage corporel des chats

D’ailleurs, savez-vous ce que signifie « ailurophile » ? Ce terme vient du grec « ailuros » qui signifie « animal qui remue la queue ». C’est comme cela que les chats étaient appelés dans l’Antiquité. Plus tard, les Romains choisiront 2 mots bien distincts : « cattus » pour définir le chat qui deviendra le chat domestique (mot à la source de toutes les langues européennes pour le dénommer) et « félis » pour désigner l’animal sauvage.

Si les Grecs ont associé le chat à sa queue en perpétuel mouvement, c’est parce que les expressions corporelles du chat sont très importantes pour communiquer avec ses congénères, d’autres animaux, et même avec les humains ! 

Les chats et les caresses

Une question récurrente à la clinique concerne les chats « caressés mordeurs ». Ce comportement, assez déstabilisant, est souvent à l’origine d’une incompréhension de la part du propriétaire, et pour ceux qui ne sont pas fan de chat, du renforcement de ce désamour.

Ce comportement est d’autant plus étonnant que le chat semble rechercher le contact de son maître. Dès qu’il se trouve confortablement installé contre son propriétaire et que celui-ci tente de le caresser, le chat l’agresse et le mord.

Ce syndrome concerne souvent des chats hypersensibles (trop stimulés et embêtés quand ils étaient petits par exemple) qui ressentent très rapidement la caresse comme un contact désagréable. La morsure est, pour le chat, la solution pour stopper cette interaction.

Parfois, cette interaction n’est tout simplement pas  la bienvenue, certains chats ne souhaitent pas être caressés, mais juste se blottir sur vos genoux pour profiter d’une sieste bien douillette ! Comme l’a si bien formulé Beryl Reid, actrice anglaise, : « On ne possède pas un chat, on est autorisé à entrer dans la vie d’un chat, ce qui évidemment, est un privilège » !     

Quoi qu’il en soit, le respect de ce que votre poilu apprécie ou non est essentiel : il peut tolérer la caresse sur certaines zones corporelles et ne pas la supporter sur des zones plus sensibles.

Le comportement alimentaire d’un chat

Autre comportement déroutant pour les fans de chiens : le chat se frotte sur vos jambes tout le temps, et semble réclamer à manger en permanence…. Mais est-ce vraiment ça ? La solution n’est sûrement pas de remplir perpétuellement la gamelle, vous risqueriez – entre autre – de faire prendre beaucoup de poids à votre chat. Le Dr Charlotte Devaux vous en dit un peu plus sur ce comportement dans son podcast pour que votre chat soit « bien dans sa gamelle » !

A ÉCOUTER >> https://www.podcastics.com/podcast/episode/episode-7-mon-chat-sa-gamelle-et-moi-35631/

N’oubliez pas que le chat est un grignoteur qui mange de très nombreuses fois dans la journée mais de petites quantités : dans la nature il passe la majeure partie de son temps à chasser, et toutes ses « embuscades » et « attaques » ne se soldent pas forcément par une réussite ! Pour couvrir ses besoins alimentaires, il a été calculé qu’il faudrait qu’il ingère 16 souris ! Autant dire qu’il lui faut de très nombreuses tentatives pour arriver à ce compte !

Son comportement alimentaire bien particulier est celui d’un carnivore. Son apport en protéines doit se faire exclusivement par l’intermédiaire de protéines d’origine animale. Le chat ne pourra jamais suivre un régime végétarien et s’alimenter avec des protéines d’origine végétale. Soyez donc vigilant lors de l’achat de vos croquettes, toute mention « vegan » doit vous alerter. Nourrir votre chat avec des protéines d’origine végétale pourrait engendrer de graves carences, et des maladies parfois mortelles.

Ces protéines sont entre autres responsables de la beauté de son pelage et de sa peau.

Si vous avez des questions spécifiques sur l’alimentation de votre chat n’hésitez pas à nous en parler en consultation diététique

Les couleurs de robe du chat

A ce propos, savez vous que certaines couleurs de robe sont spécifiques aux femelles ? Il s’agit en effet des robes tricolores : calico, écaille de tortue (ou Isabelle), et tricolore tigrée. Chez les chats, les gènes des couleurs sont portés notamment par les chromosomes sexuels qui s’expriment ou non en fonction de la combinaison XX (femelle) ou XY (mâle).

Ces trois robes se différencient de la façon suivante :

  • Chez les chattes calico, le blanc prédomine sur le ventre, les pattes, la poitrine et le menton. La chatte calico a des taches noires et orange sur la peau. Le noir peut être grisâtre.
  • Concernant la chatte écaille de tortue, les couleurs sont mélangées de façon asymétrique. Le blanc est peu présent et le noir prédomine.
  • La chatte tricolore tigrée est quant à elle, un mélange des deux précédents. Le motif est rayé avec les trois couleurs.

On peut, de façon très exceptionnelle, rencontrer un chat tricolore mâle. Ce phénomène est dû à une anomalie chromosomique. Au lieu de posséder deux chromosomes sexuels (XY), ils en ont trois (XXY). Puisque deux chromosomes X sont présents, les couleurs noire et orangé peuvent s’exprimer, comme pour les femelles.

Cette maladie très rare est connue sous le nom de syndrome de Klinefelter et provoque généralement la stérilité du chat.

Nous en profitons pour vous rappeler la nécessité de faire stériliser vos matous et minettes ! La plupart ne sont en effet pas stériles, et la reproduction des chats est assez performante… Pour leur éviter d’attraper des maladies mortelles comme la leucose ou le SIDA du chat, de revenir avec des abcès ou des balafres suite aux bagarres lors aux saillies, ou de disparaitre, choisissez la stérilisation chirurgicale. Toute l’équipe est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions !

Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à lire notre dernier article : Pourquoi stériliser mon animal ?

Une réponse à “Mieux comprendre les chats”

  1. Sonia FRANTZ dit :

    Très intéressant, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *