Pourquoi et comment vermifuger son animal de compagnie ?

La vermifugation peut sembler évidente, ou au contraire superflue, et nous voyons tous les jours à la clinique des animaux pour lesquels cet acte préventif n’est pas correctement réalisé, ou bien des familles qui ne comprennent pas l’intérêt de faire avaler ce comprimé à leur compagnon.
Le but de cet article est donc de vous expliquer en quoi cette vermifugation est indispensable et à quel rythme la programmer !

  1. Pour les chiots et les chatons
  2. Pour les chiens et chats adultes
  3. La lutte contre les vers ce n’est pas que le vermifuge
  4. Tous les vermifuges se valent-ils ?

Pour les chiots et les chatons

L’un des tous premiers conseils que nous vous donnerons pour bien vous occuper de votre chiot ou de votre chaton est de le vermifuger régulièrement. Voici les raisons :

  • Les vers sont très dangereux pour les jeunes. Les ascarides (appelés communément ascaris) peuvent altérer fortement la santé des chiots et des chatons, et même provoquer leur décès.
  • Les occasions de contamination sont fréquentes. Si la mère est porteuse de vers, elle peut contaminer ses petits lors de l’allaitement, et même, chez le chien, pendant la gestation (grossesse). D’autre part, la plupart de ces vers sont présents sous forme d’œufs très résistants dans l’environnement où ils restent contaminants pendant des mois, voire des années.
  • Les ascaris représentent un risque pour les humains. Tout le monde aime caresser et jouer avec un chiot ou un chaton. Si celui-ci n’est pas correctement vermifugé, il peut être source de vers pour l’Homme, avec parfois de graves conséquences pour les enfants.

C’est pourquoi il est indispensable de :

  • vermifuger les chiots dès l’âge de 2 semaines, puis à 4, 6 et 8 semaines, puis une fois par mois jusqu’à l’âge de 6 mois.
  • vermifuger les chatons dès l’âge de 3 semaines, puis à 5 et 7 semaines, puis une fois par mois jusqu’à l’âge de 6 mois.
  • Par la suite, chiens comme chats devront être vermifugés régulièrement (en moyenne 4 fois par an).

Attention, lorsque vous achetez un chiot ou un chaton, vérifiez bien qu’il a au moins 2 mois, et qu’il a été correctement vermifugé avant la vente. Si ce n’est pas le cas, vous vous exposez à acheter un animal potentiellement malade.

Pour les chiens et chats adultes

Lorsque vous venez à la clinique pour acheter un vermifuge, nous vous posons beaucoup de questions afin de déterminer avec vous le produit le plus adapté pour votre animal : en fonction de votre mode de vie, de la composition de votre famille etc … La plupart du temps, une vermifugation tous les 3 mois (soit 4 fois par an) permet de protéger au mieux votre animal, sans pour autant le surmédicaliser.

Cependant, quelques situations méritent de traiter votre animal plus fréquemment, et/ou avec une molécule particulière.

Par exemple, si la famille est composée d’enfants en bas âge, ou de personnes soufrant de maladie comme le cancer, certaines maladies auto immunes, le SIDA etc… Il faut vermifuger son animal plus fréquemment, une fois par mois selon les recommandations de l’ESCCAP.

Si votre animal a accès à l’extérieur, et qu’il est en contact avec du sable, que vous l’emmenez se promener dans des parcs, des aires de jeux, qu’il mange des escargots ou encore des rongeurs (souris/mulots), ou que vous lui donnez de la viande crue, il est également recommandé de vermifuger tous les mois.

Bien entendu, ces situations peuvent correspondre à des moments définis dans le temps, et le rythme de vermifugation est donc à revoir en permanence en fonction de cette évolution. Une réévaluation du risque est ainsi faite à chaque fois que vous venez à la clinique.

La lutte contre les vers, ce n’est pas que le vermifuge

Vermifuger régulièrement son chat ou son chien en suivant ces conseils est une très bonne chose, à la fois pour le bien-être de l’animal et la réduction des risques de contamination humaine. Mais ce n’est pas suffisant…

1. Ramasser les crottes

Distributeur de sacs ramasse crottes en nylon - 10petitszebres.com

Distributeur de sacs ramasse crottes en nylon – 10petitszebres.com

Les crottes de chat ou de chien infestées de vers contiennent de très nombreux œufs microscopiques qui peuvent présenter un danger pour les autres animaux mais aussi pour les membres de la famille. C’est le cas pour les ascarides (« ascaris ») par exemple. Ceci explique pourquoi il est nécessaire de ramasser les crottes de son animal, dans les espaces publics bien sûr, mais également dans le jardin. Si les municipalités insistent tant sur le ramassage des crottes de chiens sur les trottoirs et interdisent les plages aux animaux, c’est parce que ces crottes présentent un vrai risque sanitaire.
Que faire des crottes ramassées ? Mettez-les à la poubelle, mais ne les utilisez pas dans votre compost ou comme engrais : les œufs d’ascarides peuvent survivre plusieurs années.

2. Nettoyer et laver

Un animal contaminé par les vers est susceptible de laisser des œufs microscopiques dans tous les endroits où il vit. L’aspiration et le lavage des sols de la maison est une étape élémentaire pour maintenir une bonne hygiène, et il faut également penser à laver régulièrement le couchage (coussin, couverture). Il n’existe pas de produit utilisable à la maison et capable de détruire les œufs de parasites dans l’environnement. Pour l’entretien des chatteries et des chenils, on peut utiliser la vapeur d’eau sous pression sur des surfaces préalablement nettoyées.

3. Éviter les sols poreux

Le sol, s’il est perméable (terre, paille) peut contenir des œufs ou même des larves de vers. Par exemple, les larves d’ankylostomes, petits vers parasites digestifs du chien, peuvent vivre dans les sols humides et traverser la peau des animaux lorsqu’ils se couchent. C’est pourquoi il faut préférer un sol bétonné, ou, encore mieux, carrelé pour les chenils et autres locaux d’élevage.

4. Traiter contre les puces

Les larves de puces ne vivent pas sur les animaux mais dans l’environnement. Si elles y trouvent des œufs de Dipylidium, un ver plat très courant, elles s’en nourrissent et deviennent porteuses du parasite. Une fois adultes, les puces gagnent le pelage des animaux et les contaminent à leur tour.
Le traitement antipuce régulier des chats et des chiens, mais aussi de l’environnement quand celui-ci contient de très nombreuses larves de puces, évite cette contamination. Nous vous conseillerons sur les produits à utiliser.

Tous les vermifuges se valent-ils ?

La réponse est non, et pour plusieurs raisons :

  • Il existe une grande variété de vers parasites chez le chien et le chat, et tous ne sont pas sensibles aux mêmes vermifuges. Par exemple, les vers plats (échinocoques, dipylidium, ténias) ne sont pas tués par les mêmes molécules que les « vers ronds » (strongles, ascarides parfois appelés « ascaris »).
  • Les vers parasites ne vivent pas tous dans les mêmes organes. Les formes larvaires de certains vers peuvent se développer dans le foie, les muscles ou même les yeux.
    D’autres vers vivent dans les vaisseaux sanguins des poumons, dans le cœur, ou encore sous la peau. Or les médicaments contre les vers ne diffusent pas systématiquement dans l’ensemble du corps.
  • Certains vermifuges ne sont pas recommandés chez les jeunes animaux, chiots et chatons, ou chez les chiennes et chattes gestantes.
  • Tous les animaux de compagnie ne sont pas faciles à soigner, et il n’est pas possible de faire avaler un comprimé à certains d’entre eux.

Le choix du vermifuge repose donc sur un ensemble de critères : l’âge de l’animal, son état de santé, les espèces de vers parasites auxquelles son mode de vie l’expose, la forme médicamenteuse qui lui conviendra le mieux… Ce qui est rassurant, c’est qu’actuellement les vers des chiens et des chats ne développent pas de résistance aux vermifuges, au moins en Europe.

Alors, comment choisir ?
La vermifugation est un acte nécessaire mais pas anodin. Le vermifuge est un médicament, et le vétérinaire est le seul à pouvoir prescrire le vermifuge le plus adapté à votre animal.

N’hésitez pas à établir avec nous un plan de vermifugation, pour le bien de votre compagnon, le vôtre et celui de toute la famille !!

Cet article a été publié le 29 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.