Comprendre son chien et se faire comprendre de son chien : quelques clés pour bien communiquer !

Le chien est toujours désigné comme le meilleur ami de l’Homme. Il partage les bons comme les mauvais moments, est toujours là pour nous, ne juge pas… mais le comprenons nous vraiment ? Et lui, que comprend-il de nous ?

Le sujet est extrêmement vaste, mais voici quelques clés pour mieux se comprendre, et mieux communiquer avec celui/celle « à qui il ne manque que la parole ».

Du chien vers l’Homme

Le chien ne parle pas (!) mais utilise toute une panoplie de signes non verbaux qu’il est important de décrypter.

Dans des situations où le chien est stressé, il est même très important de bien « lire » les signes produits par le chien, car les risques éventuels d’agression et de morsure sont réels si vous insistez.

Repérer les signaux d’apaisement

Ainsi, le bâillement du chien peut être la traduction d’une situation qui l’inquiète (et pas obligatoirement sa fatigue !), tout comme un chien qui cligne des yeux et détourne le regard : il souhaite stopper le contact visuel avec un congénère ou un humain en signe d’apaisement, car il sent probablement une tension. Beaucoup d’autres signes existent, que vous retrouverez illustrés ci-contre. Conclusion fondamentale que vous devez garder en tête si vous observez l’un de ces comportements chez votre chien : IL NE FAUT PAS INSISTER !!!

Comment savoir s’il est content ?

Il n’y a bien sûr pas que dans les situations anxiogènes que le chien communique ! Il sait aussi très bien vous montrer sa joie : pour ça, la queue est un très bon indicateur de son degré de bonne humeur. Plus elle est haute et frétille, plus votre chien est content : c’est un vrai baromètre de son humeur, comme de son état de forme ! 

Un chien heureux est également un chien confiant. Cela se traduit souvent par un chien qui dort, étalé de tout son long, parfois dans des positions assez drôles et acrobatiques ! Pas besoin de surveiller ou d’être sur ses gardes, c’est donc la relaxe totale ! Et cela peut même arriver en consultation à la clinique, si, si, regardez !

Et puis, cela peut paraitre étonnant, mais, parfois, on a vraiment la sensation que le chien « sourit » : il est calme, il a la gueule ouverte, la langue visible, on aperçoit ses dents, et les commissures de ses babines sont relevées en deux petites courbes vers le haut. Son corps est détendu, il remue la queue et il a tout simplement l’air heureux !! On pense que ce « sourire » est une expression que le chien arbore par mimétisme avec nos propres expressions du visage… Le sourire est bel et bien communicatif !

Il penche sa tête, il m’écoute ?

Vous avez sans doute déjà observé un chien qui penchait la tête en vous écoutant. Qu’essaie t’il de nous dire ? Cette attitude nous fait tous fondre, mais sa signification reste encore nébuleuse. Certains chercheurs pensent qu’en penchant la tête, le chien dégage mieux l’ouverture de son conduit auditif et peut ainsi mieux nous entendre. Cela pourrait donc être le signe d’une très grande attention et d’une très grande concentration. 

Une hypothèse différente est avancée par d’autres chercheurs : ils ont remarqué que cette attitude est principalement le propre des chiens au nez long. Ceux-ci seraient en effet « génés » par leur grand appendice. Pencher la tête leur permettrait ainsi d’élargir leur champ de vision pour mieux observer notre visage et ses expressions quand nous nous postons face à eux.

Une chose est cependant certaine : nous trouvons tous que cette attitude est craquante ! Comment ne pas sourire ou même rire devant ce spectacle ? Notre visage prend donc une expression positive, ce qui encourage le chien à renouveler ces mimiques… Une communication non verbale s’instaure, nous encourageons ainsi Médor à recommencer !

Nos poilus nous envoient donc sans cesse des messages, et « papotent » beaucoup. Mais que comprennent t’ils de ce que nous leur racontons ou faisons avec eux ?

De l’Homme vers le chien

Les caresses

Une des façons les plus simples de communiquer avec son chien et de lui transmettre son amour et sa satisfaction est la caresse. Attention cependant, certaines zones sont à privilégier ou au contraire à éviter !

Les caresses sur la tête

Les caresses situées sur le « dessus » du chien – comme par exemple la tête, la nuque, le dos ou encore le cou – peuvent être interprétées par le chien comme des actes de domination, notamment si le geste est appuyé.

Cela est à éviter systématiquement dans tous les cas où vous ne connaissez pas le chien ! Il est bien évidemment fort tentant de caresser un joli petit poilu croisé dans la rue, et les enfants ont spontanément envie de les toucher… NE LE FAITES JAMAIS SANS AVOIR PREALABLEMENT DEMANDE L’AUTORISATION A SON PROPRIÉTAIRE, et apprenez aux enfants à faire de même ! De nombreuses morsures seront ainsi évitées !

Et si le propriétaire valide, mais que le chien semble peu apprécier, n’insistez pas… Ce qui vous plait est peut-être justement ce qui déplait à ce toutou !

Les caresses sur le ventre

Les caresses sous le cou ou sur le ventre sont celles qui sont les plus appréciées… Allez-y sans modération !

Vous rappelez-vous de la carte des zones à caresser chez le chat que nous avions évoqué il y a quelques mois ? Et bien voici celle du chien ! Vous n’aurez ainsi plus aucune excuse pour câliner votre chien au mieux !

Enfin, vous avez peut-être l’habitude, notamment pour les grands chiens, de les tapoter ? Cette façon de flatter un chien doit être absolument réservée aux chiens que l’on connait très bien, et bien sûr, doit être dénuée de toute brutalité ! 

La voix

Parler et parler encore à son chien pour lui donner des ordres est souvent contre-productif. Le chien ne comprend pas les mots, et les grands discours n’ont aucun sens pour lui. Il ne sait pas non plus forcément associer 2 mots synonymes qui désignent la même chose (« panier » et « tapis » par exemple lors du coucher). Par contre, il retient la mélodie de mots courts, associée à une gestuelle, une situation, ou encore un objet. C’est comme ça que les chiens sont capables de mémoriser des centaines de mots, de faire la différence entre leur jouet rouge et leur jouet bleu par exemple… 

Il est donc nécessaire d’employer toujours les mêmes mots pour désigner le même objet ou la même situation, et de faire des phrases très courtes afin que Médor vous comprenne au mieux.

De la même façon, les phrases négatives sont très opaques pour le chien : comprendre le mot clé dans la phrase, mais comprendre aussi que c’est l’inverse que l’on attend de lui est extrêmement compliqué ! On a donc souvent, en tant qu’humain, beaucoup de travail personnel à faire pour proposer au chien des ordres ou des demandes simples et positives…. Car cela ne correspond pas forcément à nos habitudes de langage mais cela est indispensable pour dialoguer de façon optimale avec son toutou !

Vous avez pu le voir, communiquer et bien comprendre son chien n’est pas toujours chose aisée. De plus, cela n’est pas forcément immédiat et spontané : adopter un chien, c’est aussi se laisser le temps pour s’observer, se comprendre petit à petit, et s’apprivoiser l’un l’autre pour la vie !

Cet article a été publié le 6 octobre 2022

2 réponses à “Comprendre son chien et se faire comprendre de son chien : quelques clés pour bien communiquer !”

  1. Isabelle Radenac dit :

    Bonjour un grand merci pour ces articles qui aident véritablement à établir des liens sains avec nos animaux et donnent des signes et indications concrètes . Encore merci

  2. admin dit :

    Mercii pour votre retour ! Nous prenons grand plaisir à partager avec vous ces connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.