La toux chez le chien et le chat

C’est l’hiver, nous toussons et nous nous mouchons… Rien de bien méchant…Beaucoup de chiens ou de chats toussent aussi, mais ce symptôme est souvent mal interprété par leur propriétaire. En effet, les « rhumes » n’existent pas véritablement chez nos poilus, et la toux est souvent révélatrice de problèmes de santé beaucoup moins anodins !
Tout cela mérite bien quelques explications !

Chez les chiens, la toux est souvent un symptôme observé chez les plus âgés, et peut être de différentes origines. Il est indipensable, compte tenu de l’âge sénior de l’animal et de la gravité potentielle du diagnostic, d’amener votre compagnon en consultation. Bien que moins touchés, les chats peuvent également tousser.

SOMMAIRE

🐶 CHEZ LE CHIEN…
> la toux d’origine respiratoire
> la toux d’origine cardiaque

🐱 CHEZ LE CHAT


Chez le chien, la toux d’origine respiratoire

Une origine pulmonaire

De nombreuses affections d’origine pulmonaire peuvent engendrer de la toux.

Parmi celles-ci, on peut citer la toux de chenil qui est une maladie liée à différents agents pathogènes (bactéries, virus). Cette maladie est très contagieuse, et se répand facilement lors d’activités pratiquées en collectivité : chasse, éducation ou agility en club canin, séjour en pension, expositions… 

Un vaccin existe et est recommandé si votre chien se trouve dans une ou plusieurs situations décrites auparavant. 

Vous ne savez pas encore si vous participerez à l’exposition qui vous fait tant envie, ou si vous confierez Médor à la pension canine ? Nous vous recommandons d’anticiper et de faire réaliser cette vaccination : elle peut être associée aux vaccinations traditionnelles pratiquées lors du bilan de santé annuel.

Cet article pourrait vous intéresser : La prévention est la meilleure médecine

D’autres infections d’origines bactériennes ou virales pour lesquelles il n’existe pas de vaccin peuvent également être à l’origine de toux chez le chien.

A gauche des poumons sains, à droite des poumons malades

Certaines infections peuvent être également d’origine fongique. Il est souvent nécessaire de réaliser un lavage broncho-alvéolaire pour mettre en évidence de façon certaine l’agent pathogène en cause, et ainsi prescrire le traitement médical adapté. Ces infections sont souvent graves et nécessitent dans de nombreux cas l’hospitalisation de votre compagnon.

Une origine trachéale

Parmi les toux d’origine respiratoire, on peut également citer le collapsus trachéal. Cette affection touche préférentiellement les chiens de petite taille comme le yorkshire et le bichon. 

Cette maladie se manifeste par des quintes de toux, souvent assez sèche : cette toux est liée à un pincement de la trachée, qui s’affaisse avec le temps. Elle est également déclenchée ou accentuée lorsque la trachée est écrasée, notamment quand le chien tire sur son collier en promenade. C’est pourquoi il est souvent recommandé d’utiliser un harnais pour balader votre chien. 

Citons enfin la survenue de masses d’origine tumorale dans le tissu pulmonaire. 

Malheureusement, il n’existe pas de méthode préventive pour éviter la formation et le développement de ce type de tumeur. 

Pour aller plus loin, découvrez notre article sur Le cancer chez les chiens et chats.

Chez le chien, la toux d’origine cardiaque

La toux est fréquemment due, chez le chien, à une maladie cardiaque. Ces maladies cardiaques sont nombreuses, et aboutissent à la formation d’un œdème pulmonaire (présence de liquide dans les poumons) et/ou à une compression de la bronche souche gauche aux abords du cœur devenu trop gros : dans tous les cas, cela se manifeste par de la toux.

Vous voulez comprendre un peu mieux comment du liquide peut se retrouver dans les poumons en cas de maladie cardiaque ? Voici ci-dessous une illustration dans le cas de la maladie valvulaire dégénérative :

Venir en consultation est le moyen le plus sûr de diagnostiquer ce type de maladies. Pour cela, on réalise une auscultation cardiopulmonaire. Celle-ci peut être complétée par des radios du thorax, parfois un bilan sanguin afin de s’assurer que les organes vitaux n’ont pas pâtis de la mauvaise circulation sanguine qui découle de la maladie cardiaque. 

Nous faisons également appel régulièrement au Dr Le Bobinnec, qui vient faire des échographies cardiaques à la clinique. Cet examen dynamique peut être complété par un Doppler, ou un ECG : cela permet de voir le cœur en fonctionnement, de diagnostiquer précisément l’origine de la maladie cardiaque, et d’adapter le traitement.

Dr Le Bobinnec réalise une échocardiographie

Le saviez-vous ? Une parasitose peut également être à l’origine de toux cardiaque chez le chien. Il s’agit de la dirofilariose (en anglais Heartworm disease). Ce ver se développe dans les cavités cardiaques des chiens infestés et peut provoquer le décès de celui-ci. 

Il est transmis par des moustiques ; la maladie peut être évitée en protégeant son chien contre la piqûre de ces moustiques, ainsi qu’en donnant un traitement adapté, permettant d’éviter que les larves ne parviennent jusqu’au cœur. 

Plus d’infos à ce sujet sur le site de Catedog ou le site de l’ESCCAP France.

Et chez le chat ?

Les maladies cardiaques existent aussi chez le chat, mais se manifestent assez peu par de la toux. La dirofilariose peut être décrite, mais est souvent asymptomatique et guérit spontanément.

Dans l’espèce féline, la toux est particulièrement rencontrée en cas de coryza, ou lors de crise d’asthme.

Le coryza

Le coryza est une maladie ORL très polymorphe. Elle est due à différents agents pathogènes (virus, bactéries), et peut prendre des formes extrêmement graves. En effet, le chat peut ne plus pouvoir s’alimenter : son nez est bouché, sa bouche est très douloureuse à cause de la présence d’aphtes (ulcères), il a de la fièvre… Dans ces cas, il est obligatoire d’hospitaliser le chat, afin de l’alimenter avec une sonde et prendre en charge la douleur avec des morphiniques par exemple.

Cette maladie, extrêmement contagieuse, peut toucher tous les chats, même ceux qui ne sortent pas. En effet, certains agents pathogènes sont très résistants dans l’environnement. Si vous êtes en contact avec les matières virulentes par vos mains, vos vêtements, vos affaires, vous pouvez ramener ces microbes chez vous et contaminer votre poilu de cette façon. 

Il est possible d’éviter que son chat ne tombe malade ou ne déclare une forme sévère de la maladie en le vaccinant : pensez-y ! ll faut réaliser 2 à 3 injections lors du protocole de primovaccination (différent en fonction de l’âge à partir duquel on le débute), puis à l’âge d’un an, puis tous les ans, lors du bilan de santé annuel.

Découvrez 5 bonnes raisons de vacciner mon chat

L’asthme du chat

Les chats asthmatiques sont également sujets à des quintes de toux, parfois spectaculaires, pouvant se terminer par des crachats ou des vomissements. Cela peut induire en erreur, et faire penser que son chat a ingéré des boules de poils ou doit être vermifugé. Ces causes sont effectivement plausibles, mais si cela se reproduit fréquemment, il est nécessaire de nous amener Félix en consultation. 

L’asthme chez le chat est similaire à l’asthme chez l’Homme. C’est une maladie chronique qu’on peut stabiliser et prendre en charge, pour laquelle il faut souvent apprendre à bien réagir : calmer son animal, préconiser des inhalations, voire lui donner un traitement par nébuliseur. C’est une maladie malheureusement souvent sous diagnostiquée, d’autant plus lorsque le chat sort beaucoup : de ce fait, de nombreuses crises ont lieu sans la présence des propriétaires. Vous voulez en savoir plus : nous avons sélectionné pour vous cette chronique diffusée dans une émission sur France 3.


En conclusion

Comme vous avez pu le lire, beaucoup de causes doivent être explorées pour analyser l’origine de la toux chez votre poilu. Nous n’avons ici cité que les maladies les plus fréquentes. Cependant, vous l’aurez compris, la manifestation d’une toux chez votre chien ou votre chat doit rapidement vous inciter à venir en consultation. Quelle qu’en soit l’origine, il faudra probablement que nous réalisions des examens complémentaires sur votre poilu.

Il ne faut donc jamais sous-estimer la valeur et la gravité potentielle de ce symptôme ; n’hésitez pas à nous en parler !

Nous vous rappelons également que la qualité de l’air respiré par votre animal peut influencer l’aggravation ou la guérison de ces maladies : éviter de fumer à proximité de votre compagnon, méfiez-vous de l’utilisation de certains diffuseurs d’huiles essentielles, de bâtons d’encens, et aérez régulièrement votre logement !

(Avec l’aimable relecture du Dr Le Bobinnec, vétérinaire spécialiste en cardiologie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *